Valréas

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
www.pgiroud.fr

Huile d’olive, agneau, Picodon et bons vins,
Asperges et melons, fruits du verger et truffes :
S’il vous plaît ! ne faites donc plus votre Tartuffe :
Habiter Valréas* est bonnement divin !

En été les entours plantés de lavandin
Sont bleus comme les yeux d’un Viking en goguette !
C’est joli comme un ciel et votre nez en fête
Frémit tant tout sent bon ! Le thym, le romarin

Mélangent leur odeur, et c’est vraiment exquis
Quand vous y entendez criqueter les cigales.
Un petit paradis chantant et provençal
Dans l’enclave des Pape(s) au coeur des Baronnies !

Mais elle ne fut pas que ce dont elle a l’air :
Où est donc l’industrie fameuse du carton
Dont la ville fut reine ! Oublié le renom
De Ferdinand Revoul, de ses « boîtes à air »

Pour le transport aisé de frêles vers à soie !
Aujourd’hui tout est lent au bord de la Coronne,
Sans tapage excessif. La Provence y chantonne
Son petit air joyeux d’une petite voix.

* poème offert à la ville de Valréas

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire