Valréas

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
www.pgiroud.fr

Huile d’olive, agneau, Picodon et bons vins,
Asperges et melons, fruits du verger et truffes :
S’il vous plaît ! ne faites donc plus votre Tartuffe :
Habiter Valréas* est bonnement divin !

En été les entours plantés de lavandin
Sont bleus comme les yeux d’un Viking en goguette !
C’est joli comme un ciel et votre nez en fête
Frémit tant tout sent bon ! Le thym, le romarin

Mélangent leur odeur, et c’est vraiment exquis
Quand vous y entendez criqueter les cigales.
Un petit paradis chantant et provençal
Dans l’enclave des Pape(s) au coeur des Baronnies !

Mais elle ne fut pas que ce dont elle a l’air :
Où est donc l’industrie fameuse du carton
Dont la ville fut reine ! Oublié le renom
De Ferdinand Revoul, de ses « boîtes à air »

Pour le transport aisé de frêles vers à soie !
Aujourd’hui tout est lent au bord de la Coronne,
Sans tapage excessif. La Provence y chantonne
Son petit air joyeux d’une petite voix.

* poème offert à la ville de Valréas

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.