Vague à l’âme

Poème illustré par un tableau de :

Eugène Brouillard
(1870-1950)

Il est des jours très gris où le coeur est morose,
Où l’on ne pense plus qu’à la noirceur des choses
Qui affligent la vie ou qui l’ont attristée ;
Où l’on ne peut plus fuir les brumes du passé.

Ce sont ces jours de blues où l’on se sent soudain
Seul et comme étouffé par un morne chagrin ;
Un temps mélancolique où traîne la tristesse,
Tel un brouillard amer après un soir d’ivresse,

Où l’on ne songe plus qu’à la brièveté
De la vie d’êtres chers qui se sont en allés
Vers un monde lointain auquel on voudrait croire,
Et sans plus remâcher moultes idées trop noires.

Ce sont ces jours chagrins d’un triste temps qui passe,
Avec ces moments gris où toujours l’on ressasse
Des regrets, des remords, de défuntes envies…
C’est ce spleen entachant l’automne de la vie.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Automne, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire