Montélimar

Poème illustré par un tableau de :

Michel Bendon
http://pagesperso-orange.fr/michel.bendon

Ses toits de tuiles fauves ont assez peu de pente :
Tuiles à la Romaine à l’instar de beaucoup
De choses par ici, légèrement moussues,
Juste ce qu’il convient à l’argile amarante.

Les vieux murs délavés sont un peu de guingois
Et portent en trophées plus de mille ans d’usure.
Dans leurs pots ébréchés des géraniums chatoient,
Des plantes inconnues jaillissent des fissures.

Les rues grouillent de vie, et certains soirs de mai
Les gens badent très tard sur les fraîches terrasses
En croquant du nougat. Et le tout jeune été
A déjà investi les venelles, la place.

L’on n’est pas très très loin de l’énorme Marseille,
Ni même d’Avignon : juste au centre de tout !
Mais l’on a en commun le vent et le soleil ,
Et l’esprit occitan aux accents peu fous !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire