La ruelle oubliée

Une ruelle en creux où dévale la pluie ;
Une calade en V où le temps sans répit
A rongé et lissé les pierres des chalets ;
Une bien vieille rue maintenant oubliée

Des anciens montagnards, abrupte et caillouteuse,
Qui dévale la pente où nulle pelleteuse
N’a jamais entrepris le moindre des travaux ;
Un passage oublié tout au fond d’Entrevaux.

N’y viennent en été que quelques vacanciers,
Pas mal dépaysés mais heureux d’y trouver
Une vie cristalline éloignée de Paris :
Une existence calme où le moindre des bruits

Fait vibrer l’air serein d’un grand coup de canon.
Une ruelle usée et à califourchon
Entre le temps d’antan et le temps de demain ;
Une vieille ruelle où le temps s’est éteint…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.