Une rue du Sud

Rue du Sud

C’est une rue du Sud . On dirait l’Italie.
Lumineuse, un peu sale. Une rue en été,
Que l’énorme chaleur du début de juillet
Accable lourdement et presque à la folie.

Une rue un peu vieille aux façades lépreuses
Dont le temps a usé les murs et les volets.
L’on y a suspendu du linge bariolé
Qui claque dans le vent à la saveur poudreuse

Et sèche de là-bas, le pays des ancêtres.
Elle sent le safran, les oignons, le couscous
Et l’ail qui vient de frire.Un vieil homme en burnous
Y chante le pays qui jadis le vit naître…

C’est une rue du Sud au fin fond de Marseille
Qui fleure le Midi, la Méditerranée ;
Une rue déglinguée et aux moeurs surannées ;
Une rue mal famée que l’on vous déconseille

De parcourir la nuit quand elle est endormie,
Mais ce sont des bobards! Seul parfois un matou,
Noctambule amoureux, bruyant et risque-tout,
Fait un peu de chambard en cherchant une amie.

Une rue vieille et sale, une rue de Provence
Alanguie sous un ciel si totalement pur
Qu’il en fait oublier combien ce monde est dur,
Et que l’azur repeint d’un lavis de jouvence.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Une rue du Sud

  1. malène dit :

    Je retrouve vraiment l’atmosphère des rues de notre belle Provence. Merci Vette!

  2. Merci, Malène ! J’aime tant la Provence que je suis heureuse quand des fans comme moi s’y retrouvent…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.