La cagole

Poème illustré par un tableau de :

Baldix
http://baldix.over-blog.com

N’ayant jamais quitté sa Provence natale,
Son soleil quotidien lui semble si normal
Qu’elle fronce le nez dès que le ciel est gris.
Elle ne comprend pas l’heur d’être née ici.

Elle est brune et replète avec des hanches rondes.
Sa volubilité, son extrême faconde
Ont imprégné sa voix des accents du soleil
Qui teinte ses pommettes d’une pointe vermeille.

Ses yeux sont presque noirs, mais son regard si fier
Est tout piqueté d’or, de roux et de lumière,
Et si parfois un pleur vient embuer ses yeux,
Elle le fait sécher à grands coups de ciel bleu.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire