Une odeur de fumée…

Poème illustré par une photo de :

Bruno Monginous
www.photo-paysage.com

Une odeur de fumée et de brume mêlée
A la douce langueur d’octobre finissant :
C’est l’automne qui vient, et soudain l’on se sent
Encore un peu plus vieux, encor plus concerné

Par la fuite du temps qui coule avec la pluie.
Encor un peu plus las, encore plus noué
Comme un vieil arbre usé de plus en plus penché,
On a le coeur rongé par la mélancolie

De ces jours gris qui fuient tout en étant si lents.
Les feuilles se détachent des branches striées
Pour s’en aller pourrir tout au fond d’un fossé.
La Nature a vieilli ; comme moi elle attend

Que la vie peu à peu s’effiloche en lambeaux
Au gré du temps qui passe au fil noir des saisons.
Pourquoi ces changements ? Quelle est donc la raison
De tous ces souvenirs qui s’en vont à vau l’eau,

De la probable fin, de tous ces : « au revoir » ?
Le ciel est nuageux, posé sur la Provence
Comme un couvercle épais. De la faible luisance
Du soleil presqu’éteint sourd un jour dérisoire.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire