Une feuille morte sur l’eau

Une feuille morte sur l’eau,
Ephémère bribe de vie,
Descend  au fil bleu du ruisseau
Avec la surprenante envie
D’aller tout comme un vrai bateau,

Un joli bateau si fragile…
Encore un tout petit sursis ?
Elle tangue un peu, elle oscille
Depuis une heure sans soucis…
Le courant qui se veut facile

La berce juste un petit peu ;
Le tangage s’est adouci,
Balancement tout comme un jeu…
Oh non ! Ne pas mourir ainsi,
Ce n’est point le temps des adieux !

Mais telle une jolie nacelle
Voguant exempte d’ennemis,
Comme une frêle balancelle
Poussée par un mistral ami,
La feuille dorée étincelle

Dans le soleil roux qui décline.
Encor un tout petit répit
Pour le grêle esquif ? Il s’incline
Sous le vent qui s’est assoupi,
Et la feuille qui dodeline

Vogue toujours au fil de l’eau
Qui la ballotte ivre et ravie
De sa valse sur le ruisseau.
Elle en éprouverait l’envie
De devenir un vrai bateau !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.