Une bribe de rien

Sous la terre, un machin – une bribe de rien –
Très dur et un peu rond… non ! plutôt biscornu…
Un vraiment petit truc ! A un pied au-dessus
La terre est froide et noire ; et notre quotidien

N’est fait que de brouillard et de morne froidure
Car c’est encor l’hiver. Mais sous le sol gelé,
Bien qu’il soit tout serré à presqu’en étouffer,
Le machin assouplit sa grise coque dure.

Dans le ciel, le soleil vraiment un peu flemmard
Depuis quelque trois mois commence à s’éveiller.
Affûtant ses rayons il se met à chauffer
La triste lande froide où tout est en retard.

Le petit rien du tout a senti la chaleur :
Il éclate soudain en minuscule ver
Qui sort tout palpitant : car ne voir qu’à l’envers
Le monde du dessus, très peu pour une fleur !

Eh oui, c’est une graine ! Un presque pissenlit
Se pressant tant et plus pour trouer le sol blanc
De son petit museau qui verdit lentement.
Quand il émerge enfin, il est tout ébloui !

Il ne lui reste plus qu’à pousser à tue-tête
En se gobergeant d’eau, de soleil, de lumière ;
Et il n’est pas trop seul sur cette vaste terre
Puisqu’il est le voisin de moultes pâquerettes…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.