Un village en Provence

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Poème illustré par un tableau de :

Peter Deluca
http://www.place-des-arts.com

Il bourdonne en été du matin jusqu’au soir,
Mais avec néanmoins une petite pause
A la mitan du jour, quand le grand étouffoir
Est à son apogée ; quand, ayant eu leur dose

De chaleur, de mistral, d’achats et de lumière,
Les touristes repus retrouvent par ici
Ce qui leur manquait tant depuis l’année dernière :
La sieste crapuleuse au soleil du Midi…

Ca dure tout l’été, mais le joli village
Ne vibrionne ainsi qu’à la belle saison ;
Il retrouve fin août son réel vrai visage,
Quand tous les gens d’ailleurs rentrent à la maison.

On dirait qu’on le voit alors se dégonfler
Et se purger d’un coup. Et l’on n’y entend plus
Ces accents étrangers ne sachant pas chanter
Comme on le fait chez nous. Le calme revenu

N’est plus que volupté. Le Sud compte les sous
Que lui a fait gagner la chance bienvenue
D’avoir un bon climat. Merci à tous ces fous
Qui les lui ont donnés, laissant les gens du cru

Jouir seuls en hiver de leur belle Provence !
Le village respire, enfin redevenu
Un gros bourg bien tranquille en sa chère dormance,
Bien loin de la cohue et du tohu-bohu…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Cités provençales, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire