Un si joli symbole

Il aimait bien ce square : il y était tranquille.
Surtout l’après-midi, quand les petits enfants
Etaient encor en classe. Sorti de sa coquille
Et du nid familial depuis fort peu de temps,

Il y était heureux, comme les quatre vieux
Sages et silencieux, bien rangés sur leur chaise…
Mais un beau jour – hélas ! il fallut dire adieu
A ce calme précieux dont il était fort aise :

Sans y comprendre rien, l’oiselet si paisible
Et caché au-delà de ce qu’il espérait
Devint sans le vouloir de plus en plus visible, .
Même s’il essayait de se dissimuler.

Car quelqu’un tout à coup l’ayant vu s’exclama,
Attirant dans le square une foule bruyante
Qui sitôt l’applaudit en le montrant du doigt.
On lui offrit du grain, des larves alléchantes…

Comportement nouveau et incompréhensible
De la part des Humains ! Mais ce succès tout neuf
Venait de ses couleurs, les couleurs ostensibles
D’un joli mésangeau juste sorti de l’oeuf :

Jaune mêlé au bleu, tout comme le drapeau
De l’Ukraine mourant d’une doctrine folle.
On l’avait vu soudain comme un porte-drapeau :
Le joli mésangeau devint un vrai symbole !

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, La Provence au coeur, Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Un si joli symbole

  1. Alain Balbo dit :

    C’est émouvant et magnifique, chère Vette !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.