Un sentier en montagne

C’est un joli sentier qui zigzague en flânant
Du Sauze au Super-Sauze. Une sente plutôt,
Que seuls connaissent bien les derniers habitants
Accrochés au Massif par le coeur et les os !

Dès l’aube du printemps, il sent tellement bon
Qu’on a le nez qui frise en respirant l’odeur
Aigrelette et boisée de la végétation
Qui vient juste d’éclore. Des myriades de fleurs

En tapissent les bords pour quelques jours à peine.
Il grimpe allègrement, et c’est un raidillon
A emballer le coeur et faire perdre haleine
Si l’on marche trop vite en quittant le vallon.

Il passe par ici dans un bois de mélèzes
Où l’on a soudain froid tant l’ombre est absolue ;
Et là c’est un pré vert où paissent quelques chèvres ;
Puis l’espiègle chemin saute au-dessus d’un ru ;

Il côtoie quelquefois d’improbables ravins
En tournicotant dur, et l’on a l’impression
De faire des détours qui ne servent à rien.
C’est un petit sentier sans rimes ni raison…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire