Un reflet sur la mer

La mer est toute plate, interminable mare,
Et le soleil là-haut semble immobilisé.
A-t-il serré les freins pour qu’enfin maîtrisé,
Le Temps soit obligé d’arrimer ses amarres ?

Pitoyable illusion ! Le soleil est un fourbe
Qui poursuit sans arrêt son macabre parcours,
Cramant de plus en plus sur un chemin trop court
Nos pauvres corps flétris. Et nos dos qui se courbent

Penchent de plus en plus vers l’ultime destin…
L’eau est comme engourdie. Sur un haut belvédère
S’élève une maison dont la beauté sidère
Quiconque peut la voir dans le petit matin.

Une seule maison ? Non ! Il y en a deux :
Celle perchée là-haut au bord de la falaise
Mais qui semble fragile : on ressent un malaise
En la regardant mieux ; et celle que le bleu

De la mer a captée au pied du promontoire.
Mais laquelle est la vraie ? La maison sur le ciel ?
Celle calquée sur l’eau d’un azur irréel ?
Le reflet est-il vrai, son modèle illusoire ?

La villa tout là-haut peut être une imposture,
Son ombre sur les flots la vraie réalité,
Bien qu’elle laisse croire à sa stabilité !
Mais son reflet frémit quand sa frêle toiture

Est soudain ballottée. Pas du tout la maison !
Vous, que préférez vous : le rêve ou la raison

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été, Le soleil-lion, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.