Un phénomène

Les-chats-et-les-poetes

Vraiment, mon Chamimi, tu es un phénomène !
Nous sommes tous prostrés, hagards, anéantis
Par l’énorme chaleur, et toi tu t’y promènes
Indifférent, royal, sans y être englouti !

Les chats viennent, dit-on, de zones désertiques ;
Ils y furent créés par un Djinn facétieux
Qui leur attribua ce pouvoir fantastique.
Avec ton fier aplomb, ton air de demi-dieu

Méprisant nos travers et notre vanité,
Tu fais fi, Chamimi, des jours de canicule
Détruisant les humains, cette calamité
Hors de toute raison nous laissant incrédules !

Alors que nous fuyons l’implacable lumière,
Tu t’y vautres, royal, allongé au soleil
Sans paraître en souffrir – insondable mystère !
Et t’y anéantis, plongé dans un sommeil

Qui ressemble à la mort, immobile et heureux,
Sans être mal à l’aise et sans aucune gène ;
Et quand nous demandons comment, toi, tu le peux,
L’on nous répond souvent : « C’est inclus dans ses gênes ! »

Mais moi, j’ai peur pour toi ; je crains que tu ne fondes !
Et s’il ne restait plus qu’une flaque de chat
Au milieu de l’allée ? Mes pensées vagabondent…
Soucis bien superflus pour mon petit pacha !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.