Un miracle au jardin

Descendant l’escalier pour aller au jardin
Dans le petit matin, je me suis arrêtée
Tant j’étais stupéfaite : alors qu’il végétait
Encor la veille au soir, ses fleurs avaient atteint

Leur taille maximale en à peine dix heures,
Et nous n’étions pourtant qu’au début de l’été !
Il était surfleuri. Toutes les variétés
Et tous les spécimens d’une vie antérieure

Perdue depuis longtemps par la faute d’Adam
Etaient représentés ! Véritable prodige
De fleurs épanouies, dont les milliers de tiges
Escaladaient le ciel de juin en cascadant.

Beauté à l’état pur ! Parfums inoubliables
Fusionnés l’un en l’autre en spirales d’odeurs :
Senteurs opiacées mêlées à la verdeur
De parfums bien plus frais tout aussi agréables…

Des couleurs, des couleurs, et encor des couleurs !
Une soirée d’été en forme de miracle :
Mon modeste jardin se donnant en spectacle,
Mon jardin devenu le Paradis des Fleurs !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire