Un matin de mai

Délicieuse journée d’un printemps irisé
Par le soleil tout neuf d’un nouveau mois de mai !
C’est la douce saison et la plus agréable
Ici dans le Midi ! Sentiment indéniable

D’être privilégié ! Les colombes roucoulent
Sans jamais se lasser, et la brise qui coule
Sur la garrigue en fleurs sent bon le romarin,
Le lilas frais éclos, le jasmin et le thym.

Les cloches du muguet sonnent à la volée
Car n’est-on pas ici dans le pays des fées ?
Il me semble d’ailleurs avoir vu la plus belle

Se baignant dans l’étang où les crapauds coassent
Tout éperdus d’amour. Leur fade ritournelle
Ricoche sur l’eau bleue que des plis d’argent froissent.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire