Un jardin provençal

 

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Marc Janiaczyk
http://pagesperso-orange.fr/jean-marc.janiaczyk
C’est une terre riche en pleine effloraison
Un peu comme un reflet de l’ancien Paradis.
Il n’y pleut presque pas, mais on y a choisi
Des plantes adaptées à la sèche saison.

Des plumbagos d’azur, tout tachetés du bleu
De petits bouts de ciel tombés pendant la nuit
S’accrochent aux murets de leurs stolons enduits
D’un suc qui colle à tout, subtil et tout poisseux .

De rouges géraniums qui tombent en cascades
Ruissellent de gros pots. Et les jarres anciennes
Qui débordent aussi d’odorantes verveines
Sont posées queue leu leu sur une balustrade.

Il y a des pourpiers aux fleurs multicolores,
De gras kalankoe, des lauriers, des fushias ,
Des lavandes-parfums et des portulacas,
Du romarin , du thym et de la mandragore …

Soudain un lézard gris gicle du muflier.
Jaillissant impromptu il frétille au soleil,
Se fige un court instant dans un rayon vermeil,
Avale un moucheron et puis redisparaît.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.