Un jardin provençal

 

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Marc Janiaczyk
http://pagesperso-orange.fr/jean-marc.janiaczyk
C’est une terre riche en pleine effloraison
Un peu comme un reflet de l’ancien Paradis.
Il n’y pleut presque pas, mais on y a choisi
Des plantes adaptées à la sèche saison.

Des plumbagos d’azur, tout tachetés du bleu
De petits bouts de ciel tombés pendant la nuit
S’accrochent aux murets de leurs stolons enduits
D’un suc qui colle à tout, subtil et tout poisseux .

De rouges géraniums qui tombent en cascades
Ruissellent de gros pots. Et les jarres anciennes
Qui débordent aussi d’odorantes verveines
Sont posées queue leu leu sur une balustrade.

Il y a des pourpiers aux fleurs multicolores,
De gras kalankoe, des lauriers, des fushias ,
Des lavandes-parfums et des portulacas,
Du romarin , du thym et de la mandragore …

Soudain un lézard gris gicle du muflier.
Jaillissant impromptu il frétille au soleil,
Se fige un court instant dans un rayon vermeil,
Avale un moucheron et puis redisparaît.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire