Un étrange printemps

La Provence étonnée, las ! n’y comprend plus rien :
Un jour chaud, un jour froid, et ce vent vaurien
Toujours prêt à cracher son infernale haleine…
Comme tout le pays, la Provence à la peine

Voudrait bien expliquer ce mal qui lui arrive ;
Son joli mois d’avril partant à la dérive
Au fil mystérieux d’un printemps inconnu !
Et mon micocoulier a l’air encor bien nu

Dans le fond du jardin, comme à la fin novembre !
Tout semble déserté. Où sont passés les membres
De notre genre humain ? Des êtres sans visage,
Réduits à un regard ! Créatures sans âge

Qui errent dans un monde voué à la mort
S’il se découvre trop ou respire trop fort.
L’on n’en peut vraiment plus, et notre gent humaine,
Lasse et désabusée, est vraiment à la peine.

Mais malgré tout la vie se veut luxuriante,
Des myriades de fleurs dégringolent les pentes
De l’alpage tout vert attendant les troupeaux.
La brise de l’amour effleure notre peau…

Allons, il faut bien vivre ! Oublier ces instants
Qui ne sont rien du tout à l’échelle du temps.
Oui, le printemps est là ! La cruelle nature
Se moque en ricanant de nos mésaventures…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, La Haute Provence, Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Un étrange printemps

  1. BRUNI dit :

    Toujours de beaux poèmes ! C’est tout à fait ce que l’on ressent ici aussi en Bourgogne ! Bien le bonjour Vette ! Eric Bruni

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.