Un été montagnard

 

Poème illustré par :

Christian Guinet
www.peintre-couleur.com

Le soleil facetté est comme un diamant blanc
Posé sur la montagne, qu’on ne peut regarder
Tant on est ébloui par son halo ardent :
Les yeux soudain blessés se mettent à ciller !

Les sommets ciselés sur le ciel bleu foncé
S’y profilent aigus, angles qu’un peintre fou
Y aurait dessinés en en forçant les traits.
A l’Ouest, tout là-bas, on voit le mont Ventoux

Tant la lumière est pure. Et l’énorme chaleur
A même desséché l’herbe drue des alpages.
On n’a pas l’habitude : une morne torpeur
Depuis une semaine assomme le village

Qui se souvient soudain qu’il est Haut-Provençal :
Climat alpin l’hiver, méridional l’été,
Parfois si agressif qu’il en est anormal
Comme en ce grand mois d’août furieux et déchaîné

Où le soleil explose et argente les crêtes
Découpant le ciel pur de leurs lignes brisées.
La lumière irisée rebondit sur l’arête
De la montagne bleue aux pentes assoiffées.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire