Un Eden

Eden

Peut-être est-ce l’Eden ? Au mitan de l’été,
C’est comme une oasis et un nid de verdure
Où les oiseaux pépient ; où chuinte le murmure
D’une fontaine bleue ; où le monde agité

N’a point de primauté ni de droit de visite
Tant la vie y est douce. L’air dru y est très frais,
Avec de clairs parfums si bons à respirer
Qu’ils vous tournent la tête et que le cœur lévite

En un bonheur parfait au tendre goût de miel.
Un paradis riant, pour y faire l’amour
A s’en briser le cœur, sous le vert contre-jour
Des arbres ancestraux qui s’accrochent au ciel.

Peut-être est-ce l’Eden, ce petit coin si calme,
Serein et endormi dans la lourde chaleur
De l’été flamboyant ? Et si frais que les fleurs
Y sont royalement préservées sous des palmes

Les éventant tout doux de leur large bouquet.
Une maison d’ici faite pour le bonheur,
Les caresses du temps, les tiennes, la douceur
D’une vie bonne à vivre. Un ciel bien astiqué

Par le vent du Midi l’enclot sous sa coupole
Qu’enchantent tout le jour de joyeuses chansons…
Et si tu concoctais cette fraîche boisson
Qui fait monter en nous d’ardentes fariboles ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Chez nous, La Provence au coeur, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.