Un délicieux matin

Poème illustré par un tableau de :

William Harold Dudley
(1890-1949)

Je me suis éveillée avec le sentiment
Que nous étions enfin au début de l’été
Car il flottait dans l’air l’odeur exacerbée
Des fleurs tout juste nées offertes au beau temps

D’un délicieux matin pétillant de soleil ;
Un soleil tout nouveau cliquetant de rayons
Juste un peu acérés, et pas assez fripon
Pour être dangereux. Après un long sommeil

Et un printemps pluvieux, il est donc revenu,
Cet été gouailleur et encor supportable,
Convoquant les beaux jours, s’invitant à leur table
Pour un très long banquet qui n’en finira plus !

La Provence alléchée, faisant sa chattemite,
Affectant la douceur sous des airs patelins,
Va préparer ses rêts avec beaucoup d’entrain
Pour y faire tomber des millions de touristes

Dès le mois de juillet. Bah ! L’on verra plus tard
Quand tous ces gens du Nord se mettront à descendre !
Levons-nous vite, amour ! Il ne faut plus attendre :
La plage nous attend pour faire les lézards…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire