Un conte

Je vais vous raconter une fort belle histoire.
Où l’on parle d’amour et d’un très vieux château
Perché sur le Ventoux ; d’un joli damoiseau
Amoureux d’une dame à la beauté notoire ;

D’un orage effroyable au cœur d’une forêt ;
D’une biche aux doux yeux ; de la course éperdue,
Presque désespérée, d’une fille perdue
En plein milieu des bois ; d’un vieillard éploré ;

D’un gros gâteau aux noix où se cache une bague ;
D’un mauvais cuisinier et d’un vilain chasseur ;
D’un enfant de deux ans enlevé par sa sœur ;
D’un tout petit bateau et d’une énorme vague

Le posant doucement dans la cour du château ;
De dragons bienveillants ; de trois petites chattes ;
D’un coffre rempli d’or ; d’un canard à trois pattes
Et d’un brigand armé d’un énorme couteau…

Plein de péripéties et moult événements
A vous faire frémir, délicieusement !
N’est-ce pas, cher lecteur, que c’est vraiment facile ?
Qu’écrire un fabliau n’est pas bien difficile ?

Allez, faites-moi donc de tout ceci un conte
Puisque vous en avez tous les constituants !
Un tout petit boulot, vraiment pas très tuant !
Allez-y, mes amis ! Seul le suspense compte..

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire