Un conte

Je vais vous raconter une fort belle histoire.
Où l’on parle d’amour et d’un très vieux château
Perché sur le Ventoux ; d’un joli damoiseau
Amoureux d’une dame à la beauté notoire ;

D’un orage effroyable au cœur d’une forêt ;
D’une biche aux doux yeux ; de la course éperdue,
Presque désespérée, d’une fille perdue
En plein milieu des bois ; d’un vieillard éploré ;

D’un gros gâteau aux noix où se cache une bague ;
D’un mauvais cuisinier et d’un vilain chasseur ;
D’un enfant de deux ans enlevé par sa sœur ;
D’un tout petit bateau et d’une énorme vague

Le posant doucement dans la cour du château ;
De dragons bienveillants ; de trois petites chattes ;
D’un coffre rempli d’or ; d’un canard à trois pattes
Et d’un brigand armé d’un énorme couteau…

Plein de péripéties et moult événements
A vous faire frémir, délicieusement !
N’est-ce pas, cher lecteur, que c’est vraiment facile ?
Qu’écrire un fabliau n’est pas bien difficile ?

Allez, faites-moi donc de tout ceci un conte
Puisque vous en avez tous les constituants !
Un tout petit boulot, vraiment pas très tuant !
Allez-y, mes amis ! Seul le suspense compte..

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.