Transition

 

L’été se traîne un peu au creux des chemins roux
Et l’air devient plus frais au tout-petit matin.
Les jours raccourcissant, le soleil est moins fou
Bien qu’il fripe encor trop les pétales éteints

Des cistes cotonneux aux entours des fossés.
Un changement subtil du temps un peu plus mou,
Un peu moins de verdure, un soupçon de rosée :
L’automne subreptice avance à pas de loup !

Et voici des signaux qui ne nous trompent pas :
Un peu d’oxydation aux feuilles des lilas ;
L’aspect flapi des pins, leur grande lassitude

Après trop de chaleur ; les roses effeuillées
Par tant de sécheresse ; et la décrépitude
Des plantes avachies, ternes et assoiffées.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire