Toulon

 

Poème illustré par un tableau de :

Claude Horace Vernet
(1714-1789)Entre le mont Faron et l’eau bleue de la Rade
La ville s’est enfin remise du Passé,
Ce lourd passé du bagne et de ces canonnades
Qui l’ont bien trop souvent brisée et fracassée.

Elle est notre Navire, et ses trois Mousquemers
En ont fait un symbole aux yeux du monde entier.
Elle est comme un oeil bleu qui s’ouvre sur la mer,
La guerre et ses horreurs enfin presqu’oubliées.

Et parfois elle vibre et son Opéra chante :
La musique jaillit pour voler sur les flots,
Et la voix des chanteurs en ruisselant sur l’eau
Y fait sourdre des sons dont la ville s’enchante.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire