Touffeur

Sonnet illustré par un tableau de :

André Roubaud
www.arcadja.com

La porte à peine ouverte, on entre dans un four !
C’est la première fois qu’il fait vraiment si chaud :
Quarante degrés ? Ouf ! Quel peut être le mot
Adapté au grand choc ressenti sur le Cours

Quand ce souffle brûlant tout à coup vous fouette ?
Le coeur se met à battre un petit peu plus fort
Tant on est attaqué juste au mitan du corps
Par l’onde trop brûlante affluant en tempête.

Attablés au Grillon, les Aixois sont prostrés,
Affalés sur leur siège ; et c’est exceptionnel
Car ce sont gens plutôt bruyants et dissipés.

Là, ils ont l’air dolent ! Le trop-plein de chaleur
A ramolli la ville où l’on attend que l’aile
De la brise du soir atténue la touffeur.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire