Toits provençaux

 

Les toits très peu pentus de la vieille Provence
Sont toujours recouverts de tuiles arrondies
Que l’on trouve partout dans le Sud de la France,
De la vallée du Rhône au fin-fond du Midi.

Le plus souvent ocrées, virant du blond au rose,
Salies d’un peu de mousse et de fin lichen gris,
Elles sont toutes rondes. Pour expliquer la chose
Il est une légende dont bien souvent l’on rit :

Afin d’améliorer la rondeur de ces tuiles,
Les femmes, nous dit-on, en moulait sur leurs cuisses
L’argile bien humide un peu imbibée d’huile,
Pour que l’objet final soit incurvé et lisse.

Est-ce faux ? Est-ce vrai ? Peu importe après tout !
Seule leur beauté compte et elle est évidente :
Quand le soleil s’éteint, ces toits deviennent roux,
Tavelés ça et là de taches amarante.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire