Thérapie…

Tristesse

Un terrible choc en plein coeur,
L’impression de mourir un peu
Et l’âcre incendie du malheur
Qui le dévaste à petit feu…

Oh, mon Dieu, pourvu que ne dure
En son coeur l’énorme blessure !

Parfois il bade sans savoir
Où son pas hésitant le mène,
Traînant chagrin et désespoir :
Un sac trop lourd chargé de peines…

Oh, mon Dieu, pourvu que ne dure
En son coeur l’énorme blessure !

Mais il faut redresser le dos
Pour mieux supporter ses misères !
Que ne subsiste que l’écho
D’une ombre au coeur de la lumière…

Oh, mon Dieu, pourvu que ne dure
En son coeur l’énorme blessure !

Au moment même où il le chante,
Son mal commence à se brouiller ;
Et le souvenir qui le hante
Va peut-être bien se flouter ?

Oh, mon Dieu, pourvu que ne dure
En son coeur l’énorme blessure !

Une poésie-thérapie ?
Penser que les rimes effacent
Dans tout coeur lésé et meurtri
Peu à peu du malheur les traces ?

Puisse le temps qui nous rassure
Estomper toutes nos blessures…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Thérapie…

  1. Continuez dans cette direction, c’est un veritable plaisir de vous lire.

  2. Merci pour la poésie classique ! Je suis assez fière d’en être une des ultimes représentantes !
    Vette de Fonclare

Laisser un commentaire