Terres de brume

Très très loin du ciel bleu surplombant la Provence,
Il est de noirs pays dégoulinant de pluie
Et de brouillard mouillé. De l’eau en redondance
Et indéfiniment. Des pays où le gris

Est posé sur les toits à longueur de journée.
Des terres désolées spoliées de la lumière
Qui nous baigne à foison. Des pays tout rouillés
Enveloppés de brume ainsi qu’un blanc suaire.

Ce sont terres d’ailleurs et bien loin du Midi,
Où le soleil frileux ne s’éternise pas,
Où le jour est si gris qu’il ressemble à la nuit.
Des pays tout au Nord où l’air humide et froid

Pèse comme une chape au-dessus de la terre…
Alors soyons heureux ! Baignons-nous goulûment
Dans les rais du soleil, dans leur fragrance claire ;
Gorgeons-nous de beau temps : rions, jouissons-en !

Décomptons sur nos doigts les quelques jours de pluie
Pourrissant notre vie tout au long d’une année ;
Et merci au Midi, à ses terres bénies
Que les dieux du beau temps n’auront jamais quittées…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire