Tentation

silhouette-

Pour tenter d’aller mieux, je m’en vais fréquenter
Ces quartiers pas mal chauds tout au Nord de Marseille ;
Je vais m’y acheter des bribes de soleil
Pour rendre indifférent mon coeur endommagé.

J’oublierai mon chagrin, le monde sera rose ;
Et, comme autour de moi ces vols de papillons,
J’y flotterai aussi comme un gai compagnon
Enivré du tragique implacable des choses.

Tout deviendra alors aussi clair que le ciel ;
Je ne marcherai plus, oh non, je danserai…
Et même planerai, peut-être volerai
Sans même avoir besoin d’hypothétiques ailes !

Et la vie sera belle : oublié mon chagrin !
Tout aussi vacillant qu’un pingouin alcoolique,
J’essaierai de mener mes pas acrobatiques
Jusqu’à la mer, là-bas, en songeant qu’il est vain

De se ronger ainsi pour presque rien du tout…
Mais j’ai le coeur qui vire et les yeux qui tournoient,
La nausée, le tournis  et la gueule de bois…
Oh, suis-je vraiment fait pour une vie de fou ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire