Tableau montagnard

Poème illustré par un tableau de :

Marie-Line Hallart
www.galerie-creation.com

Comme des dents pointues sur le ciel bleu layette,
Les sommets provençaux se découpent en scie
Vers le Nord, tout là-haut, près de Barcelonnette,
Et Gap, et Briançon ; et le soleil rubis

Accuse le profil des pics noirs sur l’azur.
Il fait pourtant très froid, mais le temps est si clair
Qu’il exagère l’ombre outre toute mesure,
Exacerbant les traits gravés par la lumière :

Magnifique dessin aux obliques aiguës
Tracé par le soleil et le froid, deux alliés
Qui ne sont cependant pas aussi incongrus
Qu’on pourrait en Ubaye parfois l’imaginer

Car il y fait très beau ! Et la Haute Provence
Est partie intégrante de notre Midi.
Aucun doute à avoir sur son appartenance :
Ecoutez son accent qui claironne la vie !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire