Symphonie grise

 

Où s’en sont donc allées les couleurs provençales
Et l’éblouissement du vaste soleil jaune ?
Ce matin l’hiver morne aux tons tristes et sales
A gagné son combat fulgurant sur l’automne.

On ne reconnaît plus le Midi chatoyant,
Ses rouges flamboyants, ses ocres incendiés.
Le blanc terne et passé n’est plus le même blanc
Que celui qui grillait la garrigue embrasée.

Tout est  gris sur l’étang. Il y a de la neige
Accrochée aux rameaux festonnés par le givre.
Le ciel est barbouillé d’un camaïeu de beiges.

Mais on se rassérène quand un souffle de vent
Fait soudain trembloter un friselis mouvant
Sur l’eau illuminée d’un peu d’or et de cuivre.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire