Surprise !

 Poème illustré par :

Daniel Liautaud
http://liautaud.daniel.free.fr

Nous étions déjà le trente août
Et les cigales s’étaient tues ;
Le mardi soir de lourdes gouttes
Etaient même tombées des nues.

Le lendemain il fit très chaud,
Autant qu’un quatorze juillet,
Et du Tholonet jusqu’aux Baux,
Soleil radieux et guilleret !

C’est alors – divine surprise !
Qu’une cigale écervelée,
Oubliant la donne et la mise,
S’est bonnement laissé aller

A un hymne jubilatoire !
Est-elle sortie de son trou,
Soudain révoltée de devoir
Passer quatre années là-dessous ?

On ne le sait mais elle chante
Avec frénésie et ardeur.
Sa folle gaîté nous enchante
Car c’est l’aubade de bonheur.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.