Surprise d’automne

Marseille P.Giroud

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
http://www.pgiroud.fr

Fortuit et insidieux, un froid prématuré
S’est immiscé chez nous au milieu de la nuit.
Ce n’était pas prévu, et Marseille surpris
Par cet assaut brutal s’est mis à grelotter.

Car huit degrès ici, juste au mitan d’octobre,
C’est inimaginable ! Il faisait encor doux ;
Le soleil qui souvent éructe en ogre saoul
Se conduisait enfin comme s’il était sobre

Et n’osait plus lancer ses flammes à tout va.
Un soleil apaisé et presque raisonnable,
A la tiède chaleur ! Un soleil fort aimable
Qui semblait renier ses excès, son fracas…

Où est-il donc passé? C’est d’autant plus frustrant
Que les arbres bien verts ont toujours leur feuillage !
Va-t-il déjà falloir remettre le chauffage,
Ressortir sa doudoune et de lourds vêtements ?

Les Marseillais bougons se sentent cocufiés :
L’automne est là trop tôt, ils n’ont pas l’habitude ;
Et démoralisés par tant de turpitude,
Ils cherchent autour d’eux des traces de l’été…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Chez nous, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.