Surprise d’automne

Marseille P.Giroud

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
http://www.pgiroud.fr

Fortuit et insidieux, un froid prématuré
S’est immiscé chez nous au milieu de la nuit.
Ce n’était pas prévu, et Marseille surpris
Par cet assaut brutal s’est mis à grelotter.

Car huit degrès ici, juste au mitan d’octobre,
C’est inimaginable ! Il faisait encor doux ;
Le soleil qui souvent éructe en ogre saoul
Se conduisait enfin comme s’il était sobre

Et n’osait plus lancer ses flammes à tout va.
Un soleil apaisé et presque raisonnable,
A la tiède chaleur ! Un soleil fort aimable
Qui semblait renier ses excès, son fracas…

Où est-il donc passé? C’est d’autant plus frustrant
Que les arbres bien verts ont toujours leur feuillage !
Va-t-il déjà falloir remettre le chauffage,
Ressortir sa doudoune et de lourds vêtements ?

Les Marseillais bougons se sentent cocufiés :
L’automne est là trop tôt, ils n’ont pas l’habitude ;
Et démoralisés par tant de turpitude,
Ils cherchent autour d’eux des traces de l’été…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Chez nous, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire