Sur la montagne en feu…

1-vol d'oiseaux

Sur la montagne en feu une fleur est posée :
Un énorme soleil , tel un rouge dahlia,
Inondant de lumière un envol de choucas
Imprimant sur le ciel leurs ailes aiguisées.

Le soleil moribond ressemble à une fleur
Sur la montagne en feu inondée de lumière.
Y flamboient des éclairs et de l’or en poussière,
Du cuivre rougeoyant et toutes les couleurs

D’un glorieux arc-en-ciel. Lumière triomphante
Des tout derniers éclats d’un beau jour de juillet ;
Horizon encor clair à la courbe noyée
Par le léger brouillard d’une chaleur ardente…

La montagne chatoie comme les hauts sommets
Alors que la vallée s’abîme au fond de l’ombre ;
Et les grands bois obscurs saupoudrés de pénombre
S’éteignent lentement… Peut-être à tout jamais ?

Et si notre astre fou ne devait plus renaître ?
S’il était à jamais dévoré par la nuit ?
Monde de la terreur, et de l’immense ennui
De devoir supporter et d’être né et d’être

Perdu dans le néant ? Reviens vite, Soleil !
Surtout ne laisse pas cette nuit te dissoudre !
Et dès demain matin, nous voudrons bien t’absoudre
Des excès de l’été plombant notre sommeil…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Le soleil-lion, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire