Sur la montagne en feu…

1-vol d'oiseaux

Sur la montagne en feu une fleur est posée :
Un énorme soleil , tel un rouge dahlia,
Inondant de lumière un envol de choucas
Imprimant sur le ciel leurs ailes aiguisées.

Le soleil moribond ressemble à une fleur
Sur la montagne en feu inondée de lumière.
Y flamboient des éclairs et de l’or en poussière,
Du cuivre rougeoyant et toutes les couleurs

D’un glorieux arc-en-ciel. Lumière triomphante
Des tout derniers éclats d’un beau jour de juillet ;
Horizon encor clair à la courbe noyée
Par le léger brouillard d’une chaleur ardente…

La montagne chatoie comme les hauts sommets
Alors que la vallée s’abîme au fond de l’ombre ;
Et les grands bois obscurs saupoudrés de pénombre
S’éteignent lentement… Peut-être à tout jamais ?

Et si notre astre fou ne devait plus renaître ?
S’il était à jamais dévoré par la nuit ?
Monde de la terreur, et de l’immense ennui
De devoir supporter et d’être né et d’être

Perdu dans le néant ? Reviens vite, Soleil !
Surtout ne laisse pas cette nuit te dissoudre !
Et dès demain matin, nous voudrons bien t’absoudre
Des excès de l’été plombant notre sommeil…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Le soleil-lion, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.