Supplique à une cigale

Poème illustré par :

Philippe Calabro
www.calabro.canalblog.com

Sais-tu bien que quand tu te tais
Tu me causes un très grand chagrin ?
Quand s’anéantissent l’été
Et ces longs moments si sereins

Où le soleil commence à fondre
A l’horizon ; ces soirs vermeils
Où les corps trop brûlants s’effondrent
Exténués par le soleil ?

Bien trop souvent je pense à toi,
A ta courte vie si fragile
Vite mangée par l’astre-roi
Qui en quelques mois l’annihile.

Je sais que tu n’es pas la cause
De la défaite du beau temps !
Mais j’aimerais tant que tu oses
Vivre et survivre plus longtemps.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.