Sueur d’été

Kupka-La-vague

Poème illustré par un tableau de :

Frantisek Kupka
(1871-1957)

Cet été est si dur qu’un grand sauve-qui-peut
Nous pousse vers En-Vau pour adoucir son feu !
Mais là, tu y vas fort, Chloé ! Tu exagères :
Tu es pour ta santé vraiment par trop légère !

Sur ton nez délicat, joliment déposées
Comme perles nacrées, deux gouttes de rosée !
C’est vrai qu’on a très chaud, mais la sueur sur toi
N’est qu’un charme de plus qui me met en émoi !

Sur tes seins doux et ronds la chaleur fait couler
Un filet argenté au goût acidulé.
L’air brûle, et le soleil flagelle de ses ailes
Les plages de Marseille où roussissent les belles ;

Des belles comme toi, luisantes de sueur !
Ta peau brille, mouillée comme ces jolies fleurs
Que l’on vient d’arroser d’un jet d’eau qui pétille.
De tes reins rebondis où la sueur scintille

Coule un filet luisant jusqu’au sable gourmand
Qui, friand du nectar, l’absorbe goulûment.
Il fait trop chaud, Chloé ! Mais viens-t-en donc à l’ombre
Te doucher avec moi dans la fraîche pénombre…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Le soleil-lion, Les gens, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire