Souvenirs

Poème illustré par :

www.mandelia.fr

Souci , mon beau souci ! Toi, mon tendre amoureux,
Te souviens-tu des jours où nous vivions heureux
Dans le Mas de Fortune au creux blanc des côteaux ?
Au printemps qui renaît, tout s’en va à vau l’eau

Et le nouveau soleil a la saveur des cendres.
Combien de temps crois-tu pouvoir me faire attendre ?
Les arbres sont en fleurs ; l’herbe qu’on a coupée
Sent bon le miel, le vert, l’acide et le lait frais,

Mais tout me paraît vieux comme mon coeur lassé.
Dis-moi donc, mon amour, pourquoi t’en être allé ?
Où est le souvenir de nos folles balades
Là-bas dans la garrigue ? Et les douces ballades

Que tu chantais pour moi de ta voix de fausset ?
Et Lambesc, nos amis, as-tu tout oublié ?
Le ciel est bien lavé, les arbres sont fleuris
Mais plus rien alentour jamais ne me sourit.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.