Souvenirs

Poème illustré par :

www.mandelia.fr

Souci , mon beau souci ! Toi, mon tendre amoureux,
Te souviens-tu des jours où nous vivions heureux
Dans le Mas de Fortune au creux blanc des côteaux ?
Au printemps qui renaît, tout s’en va à vau l’eau

Et le nouveau soleil a la saveur des cendres.
Combien de temps crois-tu pouvoir me faire attendre ?
Les arbres sont en fleurs ; l’herbe qu’on a coupée
Sent bon le miel, le vert, l’acide et le lait frais,

Mais tout me paraît vieux comme mon coeur lassé.
Dis-moi donc, mon amour, pourquoi t’en être allé ?
Où est le souvenir de nos folles balades
Là-bas dans la garrigue ? Et les douces ballades

Que tu chantais pour moi de ta voix de fausset ?
Et Lambesc, nos amis, as-tu tout oublié ?
Le ciel est bien lavé, les arbres sont fleuris
Mais plus rien alentour jamais ne me sourit.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire