Sonnet pour le printemps

Du vert commence à poindre au bout des branches grises.
D’imperceptibles points, mais que l’on voit pourtant
En clignant bien des yeux ! L’on dirait que le temps
Est un peu moins maussade, et même que la brise

Sent fort bon depuis peu. Un roitelet que grise
La douceur du matin annonçant le printemps
Sifflote un petit air. Car c’est en tuituitant
Que les petits oiseaux séduisent leur promise !

Ce refrain ne serait-il pas une promesse
Impossible à tenir ? Comme cette grand’messe
Du printemps en avance et goûté bien trop tôt,

Serait-ce point trop beau ? Le petit oiseau chante
A sa belle endormie que va naître bientôt
La saison de l’amour dont chaque être s’enchante…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire