Sonnet pour l’automne

 

Poème illustré par :

Claude Couturier

L’automne est une saison douce,
En demi-teinte et en langueur,
Tout engourdie dans la splendeur
Délavée de sa robe rousse.

Mais parfois son ciel se courrouce :
Nues qui fulminent, nues qui pleurent !
L’automne sort de sa torpeur,
Et des trombes d’eau l’éclaboussent,

Qui tombent en flots fantastiques
Zébrés des longs traits électriques
D’un ailleurs tout illuminé.

Puis il redevient doux et tendre
Et se rendort presqu’apaisé
Dans l’ombre du mois de novembre.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire