Sonnet pour des amours mortes

frederik-holm-400x267

Poème illustré par une photographie de :

Frederik Holm

L’on songe quelquefois à d’anciennes amours
Tellement tourmentées qu’on faillit en mourir,
Un fardeau dont on crut qu’il pèserait toujours…
Bien cruelle illusion ! Pourquoi donc se mentir ?

Il n’en reste plus rien que vagues souvenirs,
Souvenirs douloureux dus à ce stress si lourd
Qu’il vous brisa le cœur… Il n’est point d’avenir
Pour ces élans si fous qu’ils vous en rendent sourds

A tout raisonnement. L’on en sort si meurtri
Que le monde alentour soudain se travestit
En un autre décor où tout est différent !

Mais pourtant l’on oublie… Tout se remet en place
Et l’on se sait enfin vraiment indifférent :
Il n’est rien ici-bas qui jamais ne s’efface…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Sonnet pour des amours mortes

  1. Vu sur Facebook :

    Sylvie Fillon-Tantal oui quel Fardeau Vette, bien écrit, toujours si bien décrit !

  2. Vu sur Facebook :

    Francine Fuqua Comme tu dis, les souvenirs remontent à la surface. Beau poème.

Laisser un commentaire