Son sourire

Sur sa bouche a fleuri un sourire radieux,
Le plus joli sourire éclos sur cette Terre
Depuis l’aube des temps. Mais il veut dire : « Adieu,
Je préfère être libre et vivre en solitaire »

Un sourire joli sur de très jolies dents,
Retroussant joliment de jolies commissures !
A la fois affamé, tendre, doux et ardent,
Prometteur de plaisirs passant l’outre-mesure,

Mais à vite oublier, tout comme ses promesses.
Ne songeant plus qu’à elle et à sa liberté,
Elle a tiré un trait sur nos enchanteresses
Nuits d’amour, de folie, ivres de volupté.

Elle ne m’aimait pas autant que moi je l’aime !
Je l’ai cru bien longtemps, mais je me suis trompé.
Maudit soit donc ce dieu perturbateur qui sème
Dans la tête des femmes un si grand irrespect

Des paroles données ! Son refus absolu
Est resté accroché en sourire à ses lèvres.
Je ne la verrai plus ; c’est un temps révolu,
Mais il subsiste en moi de grands sursauts de fièvre.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.