Solitude à deux

Terrible incertitude : ils sont deux, elle est seule
Car quoi qu’elle lui dise, il ne l’écoute pas
Et demeure passif. Se demandant pourquoi
Elle admet son dédain, elle se trouve veule

De  supporter ainsi cette vraie solitude.
Elle n’est pas heureuse et pourtant reste là,
Espérant l’attention qui jamais ne viendra,
Un tendre petit mot, de la sollicitude…

Si elle le lui dit, il ne voit pas sa faute !
Elle est tellement seule. La solitude à deux.
Un couple de  dix ans. Mais c’est lui qui ne veut
Plus faire aucun effort. Ils vivent côte à côte

En s’ennuyant un peu, comme des connaissances ;
Une colocation entre vagues amis…
Elle se sent très lâche et n’a plus que mépris
Pour cet homme trop tiède et sa propre indolence

L’empêchant de bâtir une vie toute neuve.
Elle devrait partir pour tout recommencer
Et reconstruire tout, ne plus jamais penser
A ce qui fut avant. Que plus rien ne l’émeuve,

Excepté le bonheur ! Ne plus songer qu’à elle,
Oublier ce coeur-sec qui a vampirisé
Et son corps et son cœur. Savoir enfin briser
Ces liens devenus vains. S’enfuir à tire-d’ailes…

Quand il trouva son mot le lendemain matin,
Il crut bien défaillir, se traitant de crétin…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.