Soleil couchant en Ubaye

Les sommets au soleil couchant
Sont ourlés d’une bande claire ;
Le ciel est sombre et la lumière
Cerne les crêts d’un halo blanc.

Il semble qu’on ait dessiné
La montagne en angles aigus .
Il fait noir et l’on ne voit plus
Que cette scie illuminée

Par les derniers rayons nacrés.
Puis peu à peu le cerne fond,
Et le noir devient si profond
Qu’on en serait presqu’aveuglé.

La nuit est tombée sur l’Ubaye.
Sur les versants quelques lueurs
Comme des lucioles : c’est l’heure
Où chacun revient au bercail.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.