Soir d’été

Il ferait presque frais si l’on savait encor
Ce que fraîcheur veut dire. Au loin le ciel est d’or
Et le soleil cuivré se couche sur Salon.
Le mistral est zéphir et le jardin sent bon

Car les fleurs surchauffées par l’énorme soleil
Embaument l’air tiédi de leur parfum vermeil.
Il est près de dix heures, mais un peu de clarté
Est encor suspendue aux branches du figuier.

Le vent bleu est léger sur les épaules nues,
Il badine et caresse, et son souffle ténu
Y pose doucement un très tendre frisson.
Il est peut-être temps qu’enfin nous rentrions !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire