Soif

 

Poème illustré par : 

Daniel Liautaud
http://liautaud.daniel.free.fr

Sous le ciel embrasé par le grand soleil-lion
La terre est comme morte. Et tout être vivant
Y est carbonisé, grillé par les rayons
Que personne jamais n’a vus si virulents.

Les puits sont asséchés tout comme les rivières ;
Il nous faut maintenant économiser l’eau
Car la Provence a soif. Et nul ne fait mystère
Qu’il y a grand danger si l’on consomme trop !

Où sont les fleurs d’antan au moindre carrefour,
Les jardins colorés et fringants de naguère ?
On vit en permanence une chaleur de four
Et tout est désolé comme un pays en guerre.

On a cru trop longtemps qu’étaient inépuisables
Nos sources dévalant des montagnes du Nord.
Plus rien autour de nous n’est riant et aimable
Car tout est bien trop sec et l’on pense à la Mort.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire