Si enfin la sagesse…

Se pourrait-il qu’un jour dans la Station s’éteigne
Le joyeux brouhaha de l’hiver revenu ?
Que cette pandémie maudite nous astreigne,
En nous montrant prudents, à plus de retenue ?

Nous faudra-t-il skier en gardant nos distances,
Nous tenant éloignés bien plus qu’en temps normal ?
Faudra-t-il supprimer ces soirées où la danse
Et l’alcool bon marché n’étaient qu’un demi-mal

Comparés aux bienfaits de nos séjours là-haut ?
Le Sauze sans gaieté, sans ce remue-ménage
L’éveillant en hiver de ce triste fléau
D’un novembre endormi ? Oh, mon Dieu, quel dommage

Et quel gros crève coeur ! Et ce réchauffement
Qui mange notre neige ? Où retrouver l’ivresse
De dévaler la pente avec des hurlements
De joie presque sauvage et de folle allégresse ?

Oui ! Mais si en Ubaye la montagne apaisée
Retrouve enfin là-haut ses hivers d’autrefois ?
Peut-être est-ce normal qu’aussi longtemps lésée,
La Nature se venge en imposant sa loi…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.