Si douce et si violente…

levita

Poème illustré par un tableau de :

Ugo Levita
www.libelluleart.com

Tu peux être cruelle ou câline, oh ma belle !
Te lovant comme un chat aux pieds de ces amants
Prêts à tout pour te plaire, immense ribambelle
D’êtres sous ton emprise, épris éperdument.

Calme ou désordonnée, ta beauté est parfaite.
Quel que soit ton état de fougue ou de douceur,
Ton sein est infini, et tu es toujours prête
A les accueillir tous, toi l’amante, la sœur

Qui, quand tu as séduit – au prix de la folie !
Les jettes quelquefois dans les crocs de la mort.
Ou bien tu les vomis, volonté abolie
Et lutte terminée : terrible corps à corps !

Leur rêve était si fort, leur foi était si grande
Qu’ils t’avaient tout confié comme font les enfants.
Mais ils ont cru mourir avant que tu les rendes
A moitié fous d’horreur au monde des vivants,

Cherchant à oublier cette fraction de vie
Où tu les as étreints de tes bras monstrueux.
Tu as détruit en eux l’irrépressible envie
Qu’ils eurent autrefois d’être tes amoureux !

Car tu es séduisante et faite d’harmonie,
Toi qui caches si bien ta dissimulation
Sous un aspect très lisse ! Et c’est la félonie
Qui prédomine en toi, comme ta séduction !

Car si tu es la vie, la mort est ta suivante
Qui t’escorte partout, toujours à tes côtés :
Ô Méditerranée, toi si douce et violente,
Qui sais si bien cacher ta froide cruauté.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Si douce et si violente…

  1. Therese VIOLET dit :

    Magnifique poème, au combien vrai! Bel hommage à la mer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.