Sauvé !

Mon minuscule oiseau qui palpites de peur,
Tu es là dans ma main, hérissé par l’horreur
D’être tombé du nid. Repoussé par tes frères
Trop nombreux et trop forts ? Rejeté par ta mère ?

Mais je ne le crois pas ! C’est un coup du destin
Qui était fort en verve en ce petit matin
Et t’a flanqué en bas… Tu es si misérable,
Si frêle et si tremblant ! Un petit truc minable

Dans le creux de ma paume enserrant un soupçon,
Une bribe d’oiseau. Un petit enfançon
Eclos il y a peu ? Pourtant tu as deux ailes
Déjà bien emplumées ! Faut-il que je m’en mêle,

Que je te lance en l’air pour t’apprendre à voler ?
Oh, non ! Tu es trop faible et bien trop maigrelet !
Mon tout petit copain, que vais-je pouvoir faire ?
Monter jusqu’à ton nid et te rendre à ta mère ?

Non ! En définitive et décidée à tout,
Je me suis décidée à aller à Coudoux
Pour confier l’oiselet à un vétérinaire.
Ca m’a coûté un bras… mais je devais le faire !

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.