Sautes d’humeur

Poème illustré par un tableau de :

Roland Ballereau
www.centerblog.net

Chaud lundi, froid mardi, et mercredi pluvieux ;
Jeudi et vendredi ? Gel sous un ciel tout bleu ;
Samedi mollasson avec un goût de cendres ;
Dimanche aussi chagrin qu’un jour gris de novembre :

Comment donc, cher Printemps, te dire qu’on enrage ?
Que ces sautes d’humeur ne sont plus de ton âge,
Qu’il faudrait t’assagir et devenir sérieux ?
Oublie tes coups de tête et tes tours capricieux

Pour devenir serein : tu sais l’être souvent !
Si, des quatre Saisons, c’est toi qui es l’enfant,
Essaie d’être plus sage et de mieux contenir
Cette schizophrénie qui semble t’envahir !

Ne laisse surtout pas un accès de colère
Te dominer soudain ; car ils sont trop amers,
Les fruits de ta folie, cause de tant d’outrances :
Trombes, inondations submergeant la Provence,

Coups de gel impromptus détruisant les vergers,
Tempêtes insensées et jardins ravagés !
O Printemps, trop souvent cul sens dessus-dessous,
Sache garder raison et ne plus être fou !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.