Sainte Rita

Poème illustré par un tableau de :

Lina Blanc
www.linablancpeintre.com

A Marseille, aux Trois Lucs, on prie Sainte Rita
Dès qu’on se sent à bout, vraiment désespéré ;
Et devant sa statue en bois de cerisier
Brûlent moultes bougies titillant l’odorat

De leur odeur suave. Odeur de sainteté ?
Elle le méritait car elle fut élue
Dès sa première enfance où un essaim perdu
Pénétra dans sa bouche : elle fut épargnée,

Les abeilles aussi… Puis elle eut des malheurs,
Perdant fils et époux ; elle se réfugia
Dans l’ombre d’un couvent et y devint Rita,
La bienfaitrice aimée dispensant le bonheur.

Un jour elle priait quand une grosse épine
De l’infâme tortil ceignant le front du Christ
Se détacha soudain et – piètre sacrifice !
Lui transperça la peau. Notre pauvre héroïne

En fut toute infectée tant la plaie était laide.
Elle puait si fort que tous l’abandonnèrent
Au fin-fond d’un réduit. Comble de la misère,
Elle y décéda seule et sans l’ombre d’une aide.

Quand on la retrouva, elle sentait si bon
Qu’une céleste odeur se diffusait partout ;
La paix auréolait son visage si doux
Et chacun tout honteux lui demanda pardon…

Poème offert à la paroisse des Trois-Lucs à Marseille

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.